Le WWF souligne une nouvelle fois le rôle de la viande sur la déforestation

tery

 

A l’occasion du salon de l’agriculture 2012 la fondation WWF France vient de publier un rapport très complet sur l’impact de la viande sur la déforestation.

 

Souvent mis en avant dans les rapports de la FAO (Organisation des Nations Unis pour l’alimentation et l’agriculture) la consommation de viande aurait un impact énorme sur l’avancée de la déforestation au Brésil. Ceci pour 2 raisons : le besoin de terre toujours plus important pour supporter les troupeaux de bétails des élevages extensifs brésiliens et, d’autre part, la production croissante de céréales et légumineuses pour nourrir le bétail des élevages intensifs  des pays occidentaux. C’est ce deuxième aspect qui est traité dans ce rapport du WWF, et en particulier le poids de la France et de la Belgique dans l’exportation brésilienne de céréales destinées au bétail.

 

Le rapport du WWF indique que l’Amazonie n’est pas la seule région du brésil touchée par la déforestation. La forêt atlantique brésilienne a ainsi quasiment disparu, et le Cerrado, vaste étendue originellement boisée et couvrant 2 millions de km2, a vu sa végétation naturelle diminuée de 50%. Alors que la déforestation a été considérablement freinée en Amazonie grâce à de nombreuses mesures législatives, le Cerrado qui est pourtant une immense source de biodiversité semble laisser à la merci du développement considérable des exploitations agricoles brésiliennes.  Le WWF, qui s’intéresse particulièrement à la conservation des écosystèmes, souligne aussi les impacts sur la santé des populations voisines de ces exploitations intensives, ainsi que les impacts sociaux de ce mode d’agriculture.

 

La culture du soja est un des principaux responsable de l’avancée de la déforestation. Ce soja, exporté sous forme de tourteaux, est principalement destiné aux élevages intensifs de bétails européens. Le rapport du WWF montre que la France est un des principaux importateurs de soja, ainsi 22% des tourteaux de soja exportés par le Brésil sont destinés au marché Français (90% de ces importations étant destinés à l’alimentation animale). Les besoins de la France en Soja pour l’alimentation animale correspondent en termes d’équivalent surface de culture aux départements de la Gironde et des Landes réunies.

Pour terminer son rapport, le WWF met en avant plusieurs solutions pour diminuer nos quantités de soja importé. Outre les solutions de substitutions et celles de développement local de l’agriculture du soja, nous retiendrons surtout la seule solution réellement efficace, la diminution de notre consommation de viande.

 

Accéder au rapport complet du WWF : PDF

 

 


Les moteurs de la déforestation par gpfrance